Précisions suite à la lecture des commentaires et réactions depuis la publication de mon texte « Lettre ouverte aux autres humains » sur le site de Voir.ca

Réponse aux commentaires et réactions depuis la publication de mon texte « Lettre ouverte aux autres humains » sur le site de Voir.ca

 

J’ai lu les premiers 75 commentaires et j’ai noté plusieurs questions et remarques. J’espère y répondre du mieux que je peux.

 

- MA RÉACTION

J’ai été étonné par la vitesse de propagation de mon texte et de la centaine de commentaires que j’ai reçus depuis sa publication. Certains ont demandé pourquoi j’ai écrit ce texte et ma réponse est simple : j’étais en colère, je soupçonnais que je n’étais pas seul, j’ai crié, j’ai bien vu avec votre réaction, vos commentaires, que je ne suis pas seul, et par le fait même vous vous êtes aussi rendu compte que vous n’êtes pas seuls non plus. Maintenant, n’acceptez plus qu’on vous dise « TU ES SEUL ET IMPUISSANT » puisque vous savez que d’autres partagent votre colère.

J’ai envie d’agir avec ceux qui ont envie d’agir, ensemble ou chacun de notre côté, de façon concertée ou de manière aléatoire. Je ne veux pas d’une étiquette, d’une classification, d’une regroupement qui nous force à nous conformer, mon rêve serait un mouvement citoyen anonyme, une masse imprévisible, impossible à cerner dans un coin, impossible à définir, impossible à circonscrire, impossible à arrêter, comme l’eau contourne les obstacles, mais dont on sent l’effet implacable, une sorte de tsunami citoyen.

 

- QUI JE SUIS

- Je gagne ma vie en production de documentaires depuis 10 ans, j’écris, je fais de la photo depuis 26 ans, j’ai voyagé un peu mais pas dans des lieux touristiques, je suis francophone, mais je parle très bien l’anglais. Je veux changer le cours des choses parce que je m’inquiète pour l’avenir de mon coin de pays. Je ne suis d’aucun parti politique, je refuse de considérer quelconque affiliation partisane parce que je tiens à ma liberté de parole. D’autres veulent travailler à l’intérieur d’une structure partisane, pas moi. Je ne suis ni de droite, ni de gauche, bien au contraire. (Merci Coluche!).

- Mon père a quitté l’école à 16 ans, parce qu’il devait travailler pour gagner sa vie et aider sa famille; il était intelligent et il n’a jamais arrêté d’essayer de devenir une meilleure personne et comme ça, il m’a transmis la persévérance. Il est parti trop tôt, mais il m’inspire chaque jour à rester intègre et à ne jamais abdiquer.

J’ai un compte Facebook, un site web et un blogue (http://www.denismccready.com/), à 43 ans mon CV s’étend sur plus de 20 ans, j’ai touché à beaucoup de choses, et je vais continuer d’explorer le monde et de suivre ma curiosité.

Mon texte sous-entend qu’il nous manque un leader, un chef, un meneur. Suis-je cette personne? Ce n’est pas à moi de le décider, mais j’entends les voix de ceux qui souhaitent que je prenne un peu plus de place dans notre société. Je crois fermement qu’il y a partout au Québec des citoyens qui ont autant de potentiel que moi, j’espère qu’ils participeront à ce à quoi j’appelle.

 

- LE CYNISME et LA RÉVOLTE

Le cynisme est une figure de style, ce n’est pas une manière de vivre. On ne peut pas vivre de sel ou de poivre, on a besoin de vraie nourriture. Méfiez-vous des vendeurs d’épices.

- La révolte et la révolution, ce sont parfois des sursauts qui marquent le changement, mais ce n’est pas une fin en soi, ni une étiquette pour se faire un joli chandail cool. Tant mieux pour ceux qui sont confortables et qui ne veulent rien changer, en expédition de canot, j’ai appris qu’on n’emporte pas les roches, mais on se munit de pagaies, de canots et de collègues qui veulent naviguer dans le même sens que nous.

 

- C’EST FAUX DE DIRE QU’ON NE PEUT RIEN FAIRE

- C’est un poison mental de penser qu’on ne peut rien faire et cette attitude est essentiellement une prophétie auto-confirmée. Plus on se répète qu’on ne peut rien faire, plus on se résigne, moins on agit. Il faut casser ce modèle mental, le refuser, opposer à ceux qui le répètent une fin de non-recevoir. Bref, dire tout haut qu’on ne veut plus entendre parler comme ça.

- Que vous soyez amené à agir ou simplement sympathisant à un changement, sachez que chaque geste posé contre la résignation, chaque refus d’abdiquer, est un geste pour faire partie de la solution.

 

- APPROCHE

- Beaucoup de gens ont posé la question : qu’est ce qu’on fait? Si je prétendais savoir EXACTEMENT quoi faire, je serais un menteur ou un dictateur en puissance, mais je veux que ça vienne de tous, qu’on s’y reconnaisse collectivement et qu’on fasse un grand pas en avant ensemble.

- La première chose qui me vienne à l’esprit, c’est de se donner une chance en y consacrant du temps. Je suggère donc de commencer par consacrer au moins 1h par semaine à une action concrète, concertée, avec un petit groupe de personnes (4 ou 5) et avec l’objectif de persévérer, tout en communiquant autour de vous vos actions, vos progrès.

- Il faut arrêter d’avoir peur de changer, il faut avancer et créer notre monde à mesure au lieu de se laisser dire par les médias, la publicité, les politiciens et les corporations comment penser, quoi faire et surtout de quoi avoir peur.

- Malgré mon choix de mots, je crois qu’il ne faut pas utiliser le langage de la guerre, ce n’est pas un combat, c’est un changement de direction. Le changement est déjà amorcé, nous savons que nous avons raison alors le fardeau de la preuve n’est pas dans notre camp, il est du côté de ceux qui veulent continuer à faire les mêmes bêtises. À nous de les conscientiser, à nous de leur faire réaliser leur erreur.

- Le développement économique actuel n’est pas une fin en soi ; sans direction, il n’est qu’un véhicule creux qui roule à tombeau ouvert. Je ne suis pas contre le développement économique, mais je suis contre la vente à rabais de nos ressources naturelles.

 

- JE NE SUIS PAS CONTRE, JE SUIS POUR

- Je ne veux pas « détruire » le monde actuel, je veux le faire évoluer dans une direction qui m’apparaît plus juste, en accord avec nos valeurs et en considération des générations futures. Je ne suis pas CONTRE, je suis POUR. Nous devons nous donner collectivement un projet de société et nous devons y travailler personnellement chaque jour.

 

- JUGEONS LES FAITS, PAS LES « INTENTIONS »

- Ça peut paraître surprenant, mais je crois qu’il ne faut pas perdre de temps à chercher le « pourquoi » de notre situation actuelle (Pourquoi le gouvernement agit de la sorte? Pourquoi nous sommes amorphes?) Nous faisons le constat d’une situation dangereuse et urgente, agissons en conséquence pour arrêter ce qui est en cours avant qu’il ne soit trop tard. Quand on est témoin d’un crime, on ne se pose pas la question : pourquoi cet individu est-il en train de commettre un crime? On agit pour l’empêcher ou l’arrêter.

 

- NON-VIOLENCE

- Casser des vitres ne mène à rien, parce que le lendemain les vitres cassées sont remplacées par des vitres neuves et dans le processus, vous avez perdu la sympathie des gens qui pensent comme vous. La violence n’est pas une solution.

Changer sa manière de vivre est beaucoup plus efficace. Un esclave libéré ne peut plus redevenir asservi dans sa tête, même si on lui repasse les menottes. C’est donc nos gestes quotidiens qu’il faut changer, nos allégeances automatiques, nos silences complices, nos paresses intellectuelles, nos muettes abdications.

 

- ACTION

- Avant même de suggérer ce texte au Voir.ca, je savais très bien qu’il ne fallait pas s’en tenir à gueuler. La prochaine étape est de parler ensemble de solutions concrètes et d’agir.

Ça ne sert à rien de prêcher aux convertis. J’ai écrit ce texte pour lancer un révélateur dans la société et voir ce qui en ressortirait. J’étais loin de m’imaginer une réaction d’une telle ampleur. Ça peut paraître un peu naïf mais j’avais envie de poser la question : est-ce que je suis seul à être en colère comme ça? Ça a l’air que non. Est-ce que gueuler tout le temps et ne rien faire est la meilleure approche pour provoquer un changement tangible? Certainement pas. Suis-je parfait et ai-je toutes les réponses? Non.

Ce texte est pour moi une sorte de toux pour me dégager les poumons et mieux respirer, mais je n’ai pas envie de continuer dans ce style ni cette approche. Ça fait très longtemps que je réfléchis à comment changer le monde, ça fait plus de quatre ans que je travaille avec des gens qui cherchent aussi des solutions, qui sont optimistes, qui agissent de manière tangible sur le terrain. J’ai participé à plusieurs documentaires dans cet esprit, sachant très bien que ça ne menait à rien de faire des films où on étale les problèmes sans proposer de solutions. J’ai envie de continuer dans cette direction.

En gros, je veux que les gens réfléchissent à des solutions ou des actions, qu’ils viennent les partager lors d’un événement qui sera retransmis à travers le Québec (musique, poésie, prose, discussions, vidéo, etc.), ensuite on invitera les gens à choisir une action et la faire MAIS ils doivent s’engager à persévérer. Même si seulement 10 personnes tiennent la route, on aura accompli ça

Un jeune homme de 16 ans a publié le commentaire suivant sur le site Voir.ca :

« Mon nom est Christopher, j’ai 16 ans et je suis réveillé j’attends seulement que les plus grands ouvrent la porte. »

Je lui ai répondu ceci :

« Salut Christopher, tu as plus de pouvoir que tu ne le crois. N’attends pas qu’on t’ouvre la porte: informe-toi, renseigne-toi sur les sujets qui te tiennent à coeur, développe tes idées en discutant avec tes ami(e)s et ta famille, ça t’aidera pour savoir comment argumenter quand quelqu’un veut te faire taire ; ensuite communique autour de toi tes indignations, tes colères, refuse l’appel à la violence, agis comme un citoyen responsable et on te traitera comme tel ; choisis un projet qui te tient à coeur, démarre-le avec quelques alliés, persévère tant que tu n’auras pas épuisé toutes les solutions possibles. Ce coin de pays, tu vas en hériter, commence tôt car le temps passe plus vite qu’on ne le soupçonne.

En résumé : informe-toi, exprime-toi, agis. »

 

- ON NE COMMENCE PAS PAR LA SOUVERAINETÉ

- J’ai fait référence à la Révolution Tranquille parce que c’est un moment de notre histoire où nous avons démontré qu’une décision commune peut changer le cours des choses. Bien que je ne sois d’aucun parti politique, le vote massif pour le NPD est un autre exemple de notre capacité de faire un grand pas ensemble. Sans proposer de suivre une ligne partisane, ni soutenir une direction politique déjà existante, j’ai envie de changement et je constate que je ne suis pas seul.

- Personnellement, je trouve que la « souveraineté » est devenu comme un gros téléphone intelligent : les gens sont obsédés par l’outil, mais ils oublient l’essentiel – les mots et la parole. En l’absence d’un projet de société tangible, les discussions sur la « souveraineté » et le « nationalisme » m’apparaissent comme une autre manière de nous endormir pendant que se commet un grand crime contre le Québec, sous nos yeux et en plein jour.

 

- À PROPOS DU PARAGRAPHE « On est les descendants d’une bande de capotés…»

- Le texte est imparfait ; il a été écrit initialement pour être lu en public (avec les emphases et nuances permises, et le fait qu’on peut adopter un ton sarcastique pour donner ou détourner le sens des mots) et il y a aussi quelques raccourcis. J’aimerais apporter une nuance :

Par rapport aux Premières Nations : je ne nie pas le génocide canadien, ni ne prétends que les abus sexuels de l’Église n’ont pas eu lieu, mais c’est historiquement vrai : il y a eu beaucoup de couples mixtes Français-Amérindiens, la politique génocidaire contre les Premières Nations est arrivée après la conquête britannique (je ne prétends pas que les Français n’ont pas tué d’autochtones mais il y a une différence entre une bourgade attaquée et des politiques fédérales canadiennes appliquées sur des centaines d’années et dont certaines sont encore en place).

Ceci dit, ça peut être mal reçu quand c’est lu sans contexte, plutôt que livré verbalement et ça pourrait bénéficier d’un coup de rabot et de papier sablé pour arrondir ce coin-là avant de le republier ailleurs.

 

- QUI A RAISON?

Si j’ai commis une grossière erreur dans ce texte, j’invite quiconque le remarque à m’aider à rectifier le tir. Je suis capable de reconnaître quand j’ai tort.

 

- L’ANONYMAT

Je ne répondrai pas à tout le monde par manque de temps (je gagne ma vie à produire des films…), mais vous pouvez être certain que si vous vous cachez derrière un pseudonyme, je ne vous répondrai jamais. Si quelqu’un d’autre que vous vous mandate ou vous paie pour réagir à mon texte, j’apprécierais que vous le disiez. J’ai mis mon nom sur ce texte, j’en assume entièrement les forces et faiblesses. J’aimerais que la suite de ce grand dialogue se fasse à visage découvert, dans la sincérité et la transparence.

-Denis McCready

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

30 Responses to Précisions suite à la lecture des commentaires et réactions depuis la publication de mon texte « Lettre ouverte aux autres humains » sur le site de Voir.ca

  1. Philippe de Bourg says:

    Merci M. McCready,

    trop souvent de colère, trop peu souvent de solutions.
    On vous appuie.

  2. Philippe de Bourg says:

    solutions

  3. ugo gagne says:

    Denis ca fait longtemps que j’ai lu un texte honete comme celui la (enfin celui publié sur voir et tes reactions). Ah, et je me permet de tutoyer parce que comme on pense dans le meme sens et qui si on est pour vivre un truc fantastique et fort aussi bien se tutoyer de suite.
    Je suis un expat, j’habite en france depuis 2 ans et sans doute pour encore une année… a voir. Bref je suis loin mais j’ai les yeux rivés sur le pays et je vous plus clai de loin on va dire.
    Je suis graphiste et j’ai envie de passer des messages, de coller des affiches empreinte de verités imprimées à l’arrache mais avec le coeur.
    J’a du coeur au ventre mais je me sens pas l’ame d’un leader, j’Aime parler et brainstormer, aller au front je sais pas c’est quoi mais je pense pas avoir peur : la colere est justifiée et j’ai envie de plus etre en colere.

    De loin mais tout pres.

  4. Stéfanie Trahan-André says:

    Merci Merci Merci!! Je suis tellement heureuse d’avoir rencontrer qqn comme toi! J’ai la conviction que ton texte va en réveiller encore beaucoup. Je n’ai encore aucune idée de la façon dont je vais agir, mais je continuerai à m’informer et à partager! Encore une fois Merci Denis!! :)

  5. Clelia says:

    Vendredi prochain le 16 septembre, nous aurons le privilège d’accueillir Philippe Derruder Au théatre du Marais de Val Morin (Laurentides) à 19h. Si le coeur vous en dit et que vous avez l’impression que des changements au point de vue économique s’imposent alors n’hésitez pas a faire circuler l’information.

    Bibliographie de P.Derudder :
    La renaissance du plein emploi ou la forêt derrière l’arbre, Éditions Trédaniel, 1997.
    Rendre la création monétaire à la Société Civile, éditions Yves Michel, 09/2005.
    Les 10 plus gros mensonges sur l’économie, en collaboration avec André-Jacques Holbecq, éditions Dangles, 02/2007.
    Les Aventuriers de l’Abondance: Éco-fiction pour répondre aux défis du XXIème siècle, éditions Yves Michel, 11/2009.
    La dette publique, une affaire rentable – A qui profite le système ? en collaboration avec André-Jacques Holbecq, (préface d’Étienne Chouard), éditions Yves Michel, 2e édition 02/2011.
    Une monnaie nationale complémentaire, en collaboration avec André-Jacques Holbecq, éditions Yves Michel, 02/2011.

  6. Sophie Hudon says:

    Ça fesse Denis! On en a tous ras le bol. On bosse, on bosse, on ne fait que ça. Pour enfin réaliser, que tout est mal administré. Pas de vision, que du court terme. Et, des conséquences désastreuses sur notre environnement, nos prétendus acquis et l’avenir de nos enfants. On a besoin d’un homme (terme générique) médiatique. Plus qu’un Infoman, payé par la SRC. Désintéressé. Avec des experts en communication. Pour faire sortir l’indignation. On s’en reparle. Sophie Hudon

  7. Ancreur de lumière says:

    Joli coup de gueule M. McCready,

    Vous avez raison quand vous dites que les «Anglais» sont de retour. C’est ce que l’on ressent au premier niveau. Voici ce que j’aimerais rajouter :

    Primo, je crois au «complot» dirigé par une voire des sectes secrètes. Les «Illuminatis» sont du menu fretin, leurs hommes à tout faire
    Secundo, nous sommes à l’aube de grands cataclysmes sur Terre qui nous amèneront de profonds changements et je ne suis aucunement anxieux et je ne veux surtout pas que mes propos soient entrevus comme alarmistes.
    Tertio, si mes croyances ne se réalisent pas, j’en serai le plus heureux

    Je vous donne un exemple du «complot». Kennedy & Kadhafi, quel «serait» le lien ? L’ARGENT Le premier fut assassiné car il avait fait émettre des dollars appartenant RÉELLEMENT au Trésor Américain et non pas à la Federal Reserve qui est un consortium de banques PRIVÉES émettant des prets à un taux libellé de 6%. (son frère connut le meme sort puisqu’il avait des chances de devenir aussi président) Kadhafi quant à lui, avait affirmé qu’il allait réalisé le DINAR-OR comme monnaie d’échange pour les pays africains sur les ventes de pétrole. De plus, il avait «mis» sur la table plus de 300 millions de $ (l’équivalent) afin de réaliser une infrastructure de télécommunications permettant à TOUS les pays africains de couper de moitié les couts de ces communications se coupant par le fait meme des monopoles étrangers.

    Je vous donne un exemple de cataclysmes. Depuis environ 18 mois, de puissants tremblements de terre se sont produits entre autres, autour de la ceinture de feu. Au Chili,
    désaxant l’inclinaison de la Terre. Cette année, la lumière est arrivée deux jours plus tot dans l’Arctique… Nous allons assister au cours des prochaines semaines à des anomalies de nature magnétiques… «Bonjour l’électricité!». Un fait, en 1910, la comète de Halley a mis hors service le réseau télégraphique en grillant les fils. Avec ce qui s’en vient, je crois que le lien nous permettant actuellement de correspondre aura des problèmes… Je n’ai aucunement le monopole de la vérité. La mienne peut (peut-etre)
    s’estomper où la votre débute. Cela fait quelques années que «Les Cinq Accords Toltèques» font partie de mon quotidien. Le 5ème est : «Soyez septique, mais apprenez à écouter»

  8. Christian says:

    Bravo, BRAVO et encore Bravo!!! Maintenant, à quand un rassemblement Facebook comme en Afrique du nord??? J’attend… On attend tous que quelqu’un face le premier pas, Il nous faut quelqu’un avec de l’entregent, quelqu’un qui a de l’expérience et des connaissances, quelqu’un qui peut en rassembler quelques-uns et les autres feront le reste… À quand M. McCready voulez-vous un rendez-vous avec quelques-uns qui vont mettre des idées en place, TOUS ensemble? Je vous suis, NOUS vous suivons… Aller, faites nous signe et NOUS serons là… Il y a un site formidable qui parle de choses semblables à vos pensées (éveil 2011); Il y a des gens ICI au Québec prêts à quelque chose mais qui veulent… Pas nécéssairement un “chef”, ni un Guide quelconque, mais quelque qui aura juste l’audace de partir un petit quelque chose… Quelqu’un qui est prêt à faire le premier pas… Mais il faut que ce “quelqu’un” ait un temps soit peu de renommée… J’attends… NOUS attendons… Alors M. McCready, vous avez besoin d’aide? Je suis là… NOUS sommes là… Si ça vous dit, donnez moi des nouvelles, car Moi aussi j’en ai marre… NOUS aussi NOUS en pouvons plus!!!

    N’oubliez pas M. McCready… Il n’y a que le premier pas qui coûte…

    Bien à vous.
    Christian. Whissell
    Laval, Québec.

  9. blouin says:

    Un bonjour de France, votre texte est génial. Peu importe le pays d’où nous sommes, ces réflexions s’adressent à tous et toutes. Je vais diffuser ce texte autour de moi…Essayons d’éveiller les consciences.

  10. valérie says:

    Un philosophe que j’ai lu il y a longtemps disait : “rien ne viendra des politiques en place, mais de vous ! Vous serez la goutte d’eau qui apporte le changement et avec les autres, vous formerez un ruisseau, puis un fleuve, puis un océan”;
    Nous sommes responsables de nos choix, de nos actes.
    Ma famille et moi avons quitté la ville pour le fin fond de la forêt bretonne. Nous essayons de sortir du formatage, de la consommation….nous essayons, faisons de notre mieux….maisc’est difficile de quitter les rails de cette société qui estime que le seul bonheur est de consommer.
    Alors, ce qui nous aide, c’est notre conscience. La conscience change tout, nous met au centre de nous même, sans chercher les responsables, ni le pouquoi de cette gabegie. On ne réussit pas toujours à changer de paradigme, surtout quand on a trois enfants que le système, dans lequel ils sont immergés en puissance, leur dit que la vulgarité est une norme, la consommation, une félicité,….mais bon, on se débruille pas si mal ici, la discutte et les échanges se font. La reflexion individuelle est probante…
    Bref.
    Nous mettons en place ici quelque chose qui est source de joie : des besoins limités, un contact avec la nature, le respect des animaux et du tout.
    Je me dis parfois que ce serait bien qu’on puisse en discuter avec d’autres, monter des projets collectifs, enfin bref, mettre en place ce que vous dites….
    Alors j’habite en france, mais ce mouvement sera mondiale ou ne sera pas, alors….alors, je ne sais pas….si quelqu’un de chez vous a quelque chose à faire ici, la porte est ouverte, si des bretons me lisent, la porte est ouverte…..rien n’est déssiné encore, tout est à faire…..non, pas tout : le réveil est là et “ce demain qui verra l’émergence d’une société plus juste et propre” est déjà en route.
    Merci pour vos mots….je reste à la disposition de qui le veux et en tout cas à la disposition du grand fleuve de la vie qui semble nous réveiller de son eau limpide.
    Merci,
    valérie, de france.

  11. Edith Corbeil says:

    Ton éloquence est frappante,tu avais raison de gueuler,trop de gens sont inconscients de ce qui se passe autour d’eux,fallait les réveiller!Il est vrai que dans notre société on cherche à avoir tout cuit dans le bec,malheureusement les solutions tombent pas du ciel!Cela demandera un minimum d’implication,de notre temps,de notre énergie,de penser à autre chose que notre petite personne!Cela implique de diffuser l’information dans nos milieux respectifs,de réveiller les gens qui nous entourent,de rendre notre milieu comme nous voudrions qu’il le soit.Il faut ce dire à tout les jours que personne d’autre ne le fera si ce n’est pas nous.

  12. Denise Groulx says:

    Je suis si contente de savoir que je ne suis pas seule. Ca fait du bien.

    Merci. Et oui, je travaille depuis 1967 à avancer et évoluer avec mon entourage, ma famille et je veux continuer. Un geste à la fois, une parole à la fois.

    Merci de votre message si constructif. Merci.

  13. marianne masse-grenier says:

    http://bloom0101.org/tiqqun.html

    voici un lien vers des textes écrits par un “collectif” d’activistes très intéressant et très engagé. Ils doivent être Européens pour la plupart… Ils ont mis en ligne plusieurs de leurs livres. Ce sont des gens très radicaux qui incarnent leur philosophie dans leur quotidien. Ils sont VIVANTS.
    Une sorte d’incarnation philosophique moléculaire….
    J’ai pensé t’envoyer ce lien quand j’ai lu ton paragraphe qui se termine par un Tsunami citoyen.
    Ça m’a fait pensé à leur parti Imaginaire.
    “We are the Flood” comme chante si justement Silver mount Zion.
    Pour une théorie de la jeune fille, est très agéable à lire….
    J’ai un ami à Montréal qui les connait. Vous pourriez vous rencontrer si ça t’intéresse.
    (P.S: j’ai signé mon nom de famille cette fois… ;) )

  14. Votre appel à l’action et pas seulement à la discussion est au coeur de notre réflexion à http://www.quebecvote.ca (ceci n’est pas une pub, mais une mise en contexte concernant une réforme de nos institutions). Premier constat. Nos politiciens ne sont pas en réflexion, ils sont en réaction. Ils ont en principe le pouvoir (malheureusement limité par l’obligation de gagner des élections et la ligne de parti qui va avec). Donc il faut réfléchir pour eux. Heureusement, pour gagner des élections ils doivent être à l’écoute, donc ils sont de bonnes oreilles (malheureusement, la ligne de parti gouverne toutes leurs bonnes intentions). Deuxième constat. Puisque la ligne de parti les immobilise toujours, il faut développer pour eux une piste de solution qui les libérerait. Donc, réfléchir pour eux, leur tracer un plan et surtout leur donner l’espoir de SE FAIRE ÉLIRE, de réussir sans l’appui d’un parti. http://www.quebecvote.ca c’est ça que ça fait dans la vie, ensuite, on se saborde et on retourne à la retraite des Boomers. Peut-être aurons-nous réparé un peu de nos erreurs avec une réforme de la démocratie? On ne parle plus, on fait. Fini la réflexion, on est dans l’action.

  15. mario says:

    salut, tu exprime ce que moi et beaucoup d’autres pensent! dans mon cas, je ne fais olus que seulement penser, j’agis, d’abord en etant capable de sortir de ce systeme qui n’a plus rien d’humain, en boycottant le credit et en vivant, sans tout subir!! J’ ai fait des choix, je les assument et suis tres heureux!! C’est vrai que la violence ne mene nul part, toutefois, il faut exercer la resistance non violente!! Ce que j’ai debute depuis 4 ans maintenant!! J’ai un projet de vie et tant que les gens ne seront pas pret a sortir de leur zone de confort, rien ne se produira!! Nous avons un formidable outil de solidarite entre les mains, soit internet, c’edt a nous de nous en servir a bon escient!! Pour ma part je suis capable de beaucoup, mais aux gens de se prendre en main, quitte a perdre quelques acquis pour refaire un lieu ou il fait bon vivre ou alors etre condamne a tout perdre de toutes facons et devenir esclave sans espoir de changer quoi que ce soit!! Je te salut pour ton honnetete!! excuse pour le manque de ponctuation, j’ai un clavier en anglais!!

  16. Pierre Pelletier says:

    Bonjour Denis, sa fait du bien de lire un texte où on se sent concerné. Je dois t’avouer que je suis un de ceux qui cherche les solutions et surtout cherche les gens qui veulent bien entendre notre voix. On se fait trop souvent pointer du doigt parce que nous avons un discours différent. Mais je sens un certain réveil dans la population en générale. La preuve, des pays comme la Grèce, l’Égypte, l’Espagne et autres sont entrain d’ouvrir la voie et de dire à leurs dirigeants qu’ils en ont assez. Nous ne somme pas différent des autres puisque nous habitons la même planète. Je ne considère pas les races et les couleurs de peau comme étant une différence. Alors unissons-nous et créons le monde dans lequel nous aimerions évoluer.

  17. alain audet says:

    Salut Denis
    Tout à fait en accord avec tes propos, je t’enverrai une suggestion probablement sur ton blog, éventuellement.
    J,appuie fortement le fait que désormais l’anonymat disparaisse et que nous agissions au sus et au vue de tous, personnellement je n’ai jamais utiliser ce stratagème et encourage tous et chacun à faire de même

    à bientôt

  18. pascal says:

    Disons que ta lettre scerne certaines urgences mais que le portrait global est bien pire.La vie humaine est en danger sur la planete ,les scientifiques le prouvent a chaques semaines…Mais pour continuer le fil de mon idée , la destruction de l environnement par exemple ,il est lié a la cosommation et a la pollution on est tous d accord.

    Ensuite si on prend les études et données qui chiffrent la consommation et la polution on remarque que ce n est pas la population qui consomme et pollue pour la grosse part ,mais que c est bien l industiel et le commercial qui sont responsables a presque 70 % du lent empoisonnement global.

    Donc puisque les responsables de ces industries et le gouvernement foutent absolument rien d autre que d accelerer le processus de destruction et de constamment feidre une pseudo responsabilisation faut trouver le moyen de les responsabiliser ou de les forcer a prendre des décisions eco humanitairement responsables et réfléchies. Les forcer a mettre l économie en premier seulement lors ce que ce n est pas au détriment de la vie humaine contrairement a ce qui se fait drastiquement de nos jours.

    Donc il nous faut des experts en droits qui pourraient surement mieux tous nous informer sur comment faire changer des lois ,voter des lois et forcer nos gouvernements a écouter le peuple pour vrai ,leur tordre le bras pour enfin avoir un vrai pouvoir démocratique!!! pas une ostie d audience publique qui tombe dans l oreille d une gang qui jouent au sourd.

    La démocratie dans notre systeme me semble un mensonge ,une escroquerie ou juste une apparence .Personne écoute vraiement rien d autre que leurs compte en banque .

    je me souviens bien qu en action directe quand on tappait ou ca fesait mal et qu on obtennait toujours des résultats on trouvaient le moyen de cibler leurs portefeuilles ,ca c etait convainquant…

    Si avec la loi ca fonctionne pas y reste le pouvoir du peuple ,action et désobéissance civile…

  19. pascal says:

    Faut -il se créer un fond commun pour frais juridique?

  20. Eric DAVID says:

    Merci Denis de ce “coup de cœur” plus que coup de gueule….
    Pour répondre à un commentateur qui parlait des illuminatis patati patata …
    C’est un FAUX PROBLEME ! ! ! Ou encore une croyance qui vient de nos trouilles, comme lorsqu’on dit “ils” en parlant à demi mot d’un système dépassé qui gouvernerait le monde …
    Merci Denis !
    Nous arrivons à un point de rupture où nous n’avons nul besoin de “leader charismatique”. Le SEUL LEADER est au plus profond de nous et connait ce qui est juste pour lui, pour l’Humanité, pour la Planète, pour l’Univers.
    Savoir écouter cette intuition, cette créativité et lui faire confiance, comme au SEUL GUIDE est essentiel en cette époque !
    J’ai eu l’occasion de vivre un splendide moment cet été avec des Amérindiens (Innus et Mi’kmacs) venus nous rencontrer dans le Nivernais. Nous avons construit, échangé dans un groupe d’une cinquantaine de personnes où tout coulait naturellement, chacun prenant sa place en suivant ce qu’il “sentait juste”…
    C’est ainsi que je ressens que nos actes seront corrects : Agir comme chacun ressent, suivant ses possibilités, à l’écoute de son ressenti, sans hésitation, avec IMPECCABILITÉ !
    Bien à vous, mes potes les Humains !
    Eric

  21. Julie Bergeron says:

    Bonne grosse douche froide. Ça réveille la Julie!!. J’avoue me reconnaître à bien des niveaux dans votre article et j’excelle à “jaser” de ce qui est inacceptable et en rester là. Je suis une citoyenne discrète pour ne pas dire soumise, je n’ose pas parler haut et fort sur la place publique même si j’ai des choses à dire, je suis plus souvent préoccupée par ma propre survie que par la survie de l’humanité et de mon peuple. À force de me faire secouer, j’ai envie de me lever! Parce que moi aussi je suis indignée et en colère et j’ai l’énergie d’agir. Merci M. McCready pour l’appel, merci. Non vous n’êtes pas seul.

    • admin says:

      Merci! Ce n’est que la première étape. Nous devons échanger sur les solutions et les actions et ensuite faire un pas en avant tous ensemble. Je vais afficher la suite sur ce blogue.

  22. Marcelle Hamelin says:

    J’ai toujours pensé que l’on ne fait pas une révolution avec un ventre plein et une caisse de bière. Il ya longtemps que le peuple québecois est endormi et ne bouge pas
    Je n’ai pas beaucoup d’espoir pour un changement majeur dans notre société.

    les québecois sont des peureux et des suiveux on n’a qu’à penser au dernière élection.

    il va falloir une grosse tempête un ouragan médiatique pour les faire bougés………..

    il va falloir une écoeurantite aigue pour les faire sortir de leurs torpeurs. pis encore il vont revenir vite à leur vieille habitude de peureux. Ce sont des suiveux et des lâches……………

    Voilà mon opinion du peuple et des fois j’ai honte d’en faire parti…………il ya des décennies
    que je rêve de liberté mais nous sommes à un point décisif et tout va craquer bientôt et
    c’est peut-être là que le monde va se réveiller enfin je le souhaite.. Je parle dans mon milieu et les gens me regardent comme une extra terrestre, mais au moins je parle et je donne mon opinion………c’est la seule liberté qui me reste. pour le reste je n’ai rien…………
    mais toute ma vie je vais espérer que le monde change………encore et encore toujours.

    • admin says:

      Nous y sommes. Nous avons atteint la limite acceptable. Ça ne sert à rien d’attendre pire, il n’y a pas pire. Nous devons nous donner comme objectif de reprendre le Québec en main. Je vais commencer par inviter les Québécois(es) à partager leur propositions de solutions et d’actions concrètes. Ensuite on va tous se mettre au travail chacun de notre côté, mais dans la même direction.

  23. Marcelle Hamelin says:

    Pour moi il n’y a qu’une seule solution, c’est d’essayer de changer les mentalités
    parler encore et encore se dire et dire encore que nous devons changer si nous
    voulons arriver à un changement majeur dans notre société.
    Nous devons agir dans notre famille, dans notre milieu nous devons être
    intègre, honnête et loyale à notre idéal de vie et vivre selon notre conscience.

  24. Marcelle Hamelin says:

    J’ai dit ce que je pense plus haut………..

  25. Elizabeth Mohr says:

    Merci pour vos précisions, qui ne font que souligner le fond déjà admirable de votre texte original. Bien à vous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>